C’est ce samedi 25 janvier, à 18 h que sera projetée, à la salle de l’hôtel “Stella di mare” de Thiaroye-sur-mer, la Grande première du film fiction du duo Babacar Ndiaye Korjo et Pape Baba Diome, “Tanoor le sexe fort”.  Une succulente fiction comédie de 15 mn qui met l’accent sur la guerre des sexes dans une société traditionnelle plus ou moins misogyne, réservant aux femmes un sort peu enviable, fait de larmes, de souffrance et de chagrin sans reconnaissance aucune. L’acteur principal du film Tanoor, vendeur de thé de son état, dans son village de Njolfagnik, se désole, à travers une histoire racontée par Maam Njassé, le griot et gardien de la tradition orale du village, de sa misérable situation sociale. Résigné à sa galère quotidienne, il indexe sa femme, Tening de l’empêcher de se réaliser véritablement en le privant d’épargner. Un jour, en sortant de sa maison pour se rendre à la place publique du village, revoilà Tening, l’unique objet de son ressentiment qui lui rappelle de s’acquitter de la dépense quotidienne qu’il oublie de donner depuis trois jours.Tanoor sort rapidement deux billets de 100 francs de sa poche et tend l’un à Tening qui supplie de lui remettre aussi l’autre. Tanoor laisse éclater sa colère devant ce qu’il appelle un manque notoire de compassion à son égard et prie Dieu que son épouse soit consciente de ce qu’il endure. Tening, de son coté, effectue, la même prière. Et voilà que Dieu exauce les prières de l’un et l’autre en inversant les rôles. Tening devient ainsi l’époux et s’en va tranquillement à la place publique (Géew) où elle retrouve les amis et compagnons de Tanoor, à savoir Maysa, Makoddu et Sanoor. Elle y déclame des “bakk”, joue au “yooté” et participe aux interminables discussions. Lot quotidien du mari résigné à son triste sort. 

Pendant ce temps, Tanoor, dans la peau de la dévouée épouse, s’attèle à assurer les nombreuses tâches ménagères. Il nettoie la maison, cherche du bois de chauffe, puise de l’eau, prépare à manger, pile du mil, fait la lessive. Au bout seulement de deux jours de dur labeur, Tanoor,exténué, remercie Dieu de lui rendre son statut de chef de famille en lui promettant de donner plus d’amour et de compassion à Tening. Dieu accepte sa prière qui, cependant, ne pourra être réalisée que neuf mois après au motif qu’il est tombé enceinte.

Un film fiction d’une rare sensibilité, en wolof, produit par Roomnart et qui plonge dans l’univers souvent ingrat des femmes, cantonnées aux rugueuses tâches ménagères, sans aucune reconnaissance. À voir absolument !

Leave a comment